Comme vous le savez sans doute, la douleur persistante est un phénomène très complexe et la médecine moderne tarde à trouver des solutions concrètes pour y remédier convenablement. Les nouvelles technologies ont grandement aidé l’étude des phénomènes douloureux chroniques. Plus tôt cette année, je suis tombé sur un article intéressant faisant appel à la réalité virtuelle dans des cas de douleurs cervicales chroniques.

Un groupe de chercheurs australiens a utilisé un casque de réalité virtuel pour modifier les perceptions visuelles chez plus d’une vingtaine de personnes souffrant de maux de cou chroniques. Les chercheurs ont d’abord mesuré les amplitudes de rotation du cou jusqu’au seuil d’apparition de douleur chez les sujets. Ensuite, ils ont « trompé » les cerveaux des participants à l’aide des casques de réalité virtuelle pour leur donner l’impression à que la tête effectuait une plus grande ou une plus petite rotation que la réalité. En leur faisant croire que la tête était moins tournée, l’amplitude de mouvement sans douleur a été augmentée et vice-versa.

Qu’est-ce que cela implique? Les résultats obtenus démontrent une fois de plus que la douleur serait largement modulée par les informations sensorielles. Les auteurs croient qu’il y aurait un apprentissage par association où les différents stimuli seraient associés à un mouvement qui est perçu comme dangereux par le cerveau. Bref, une sorte de conditionnement pavlovien où l’organisme développe une réponse automatique.

J’ai appris dernièrement que Catherine Mercier, chercheuse au Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS), utilise elle aussi la réalité virtuelle dans ses projets. Définitivement une avenue future intéressante !

Référence : Harvie, Daniel S., et al. “Bogus Visual Feedback Alters Onset of Movement-Evoked Pain in People With Neck Pain.” Psychological science (2015): 0956797614563339.